Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Amis du Patrimoine Saint-Martinois
  • : Ce blog a pour but de mieux faire connaître les activités de l'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois. Il permet également de mieux connaître l'histoire de Saint-Martin-Boulogne
  • Contact

Recherche

Archives

5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 10:59

Mercredi 30 septembre, à 18h30, salle Germaine Dumortier, Isabelle Clauzel a animé, pour le compte des Amis du Patrimoine Saint-Martinois, une conférence sur le thème "Être malade au Moyen Age".


Isabelle Clauzel et Michelle Belval Knobloch, pendant son discours


Discours de Michelle Belval Knobloch :

" Bonsoir Mesdames, bonsoir Messieurs,
Nous avons la grande tristesse de vous annoncer le décès de Monsieur Claude Seillier, survenu le 27 septembre 2009 à Boulogne-sur-mer, dans sa 75e année. Monsieur Seillier était membre fondateur de notre association. Il était professeur d’histoire et de géographie, ancien conservateur du Musée de Boulogne-sur-mer, fondateur du Cercle archéologique de la côte d’Opale, ancien conservateur des Bâtiments de France, vice-président de la Commission départementale historique du Pas de Calais, chargé de missions au musée des antiquités nationales de Saint Germain en Laye, Chevalier des Arts et Lettres, Attaché au ministère des Affaires culturelles, médaillé de la Renaissance Française.
Nous souhaitons à Madame Seillier, ainsi qu’à ses enfants, ses petits enfants et ses proches beaucoup de courage et une fin d’année plus paisible. Notre association  doit beaucoup à Claude Seillier.  Nous vous proposons ce soir d’observer une minute de silence en sa mémoire.
Nous vous remercions.
Nous sommes heureux d’accueillir notre amie Isabelle Clauzel Delannoy, docteur en Histoire Médiévale, présidente du Cercle d’Etudes en Pays Boulonnais et membre de notre association.

Isabelle va nous conter  ce soir : «  être malade au Moyen Age ».

Merci de votre présence.

N’oubliez pas en fin de soirée notre verre de l’amitié.

Bonne soirée.

Madame Clauzel Delannoy nous vous laissons la parole.


Une partie de l'assistance


Etre malade au Moyen Age (résumé)

 

Le Moyen Age passe souvent pour une époque sale et brutale. Les documents prouvent pourtant qu’il s’est soucié de la qualité de vie : aération et propreté des maisons, hygiène du corps et du linge, équilibre alimentaire. Les maladies sont souvent attribuées à une mauvaise conduite. La médecine a peu progressé depuis l’Antiquité, elle se fonde sur l’analyse des humeurs (liquides sortant du corps). La physiologie est bien moins connue que l’anatomie. Le médecin est un penseur, pas un soigneur…. et souvent un charlatan, comme l’écrira Molière. Apothicaires, chirurgiens, infirmiers, aides-soignants et sages-femmes complètent alors le corps médical. Les traitements chirurgicaux et médicamenteux (plantes) sont efficaces à 40 % environ depuis l’Antiquité. Les hôpitaux accueillent les malades et les errants, les maladreries sont réservées aux affections contagieuses et mortelles telles la lèpre, encore présente à Boulogne au XVIe siècle, et la peste qui fait mourir le tiers de la population du royaume de France en 1348. Les mesures sanitaires feront lentement reculer ce fléau. Les populations se tournent vers les saints guérisseurs et les recettes « de bonne femme », et en dernier recours demandent à mourir fièrement. L’efficacité de la médecine de ce temps est difficile à mesurer, mais le soin apporté au patient est certainement comparable à celui d’aujourd’hui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article

commentaires