Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Amis du Patrimoine Saint-Martinois
  • : Ce blog a pour but de mieux faire connaître les activités de l'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois. Il permet également de mieux connaître l'histoire de Saint-Martin-Boulogne
  • Contact

Recherche

Archives

10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 10:05

La Journée de la Généalogie se déroulera cette année salle Maurice Chevalier au Portel, le dimanche 29 novembre 2009, de 10 à 18 heures.

Plus d'informations : Site du Cerle Historique Portelois


Retrouvez l'édition 2009

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 16:37

Michel Parenty donnera une conférence, agrémentée d’un diaporama sur le thème : Histoire inédite de quelques demeures de la campagne boulonnaise La Croix et Lozembrune à Wimille, le Lucquet à Pittefaux, dans le cadre du vernissage de l’exposition La vallée du Wimereux, châteaux, manoirs, fermes fortifiées, organisée par le Cercle historique Wimille Wimereux Vendredi 13 novembre 2009 à 18 h 00 Espace Culturel Pilâtre de Rozier à WIMILLE (en face de l’église ; pour le parking, prendre la direction de Wimereux).
Entrée libre et gratuite

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 14:02

Vous êtes passionné d'histoire et de généalogie ?
Venez nous rejoindre.
Retrouvez nos bénévoles.

Vous pouvez...
...participer à la vie de l'association en apportant une aide logistique : distribution des revues, installation des expositions lors des manifestations, "coup de main"...
...accueillir le public lors de nos expositions, aux journées du patrimoine, à la journée de la généalogie et bien d'autres,
...collecter des documents, cartes postales, photographies, articles de presse, archives privées,
...recueillir des témoignages sur la vie quotidienne, les anciens métiers, les guerres,
...écrire des articles pour le bulletin semestriel. Les sujets seront à soumettre aux réunions du Comité de lecture, vous y participerez personnellement comme auteur. Les travaux sont à déposer au siège de l'association, en mars pour la sortie du bulletin en juin, et en septembre pour la sortie du bulletin en décembre,
...dépouiller les microfilms ou imprimés d'état civil et registres paroissiaux afin d'enrichir les données généalogiques de l'association.

Vous voulez connaître notre association Les Amis du Patrimoine Saint-Martinois ?

Inscrivez-vous sur notre blog, c'est gratuit.
Blog :
http://lesamisdupatrimoinesaint-martinois.over-blog.com/

Ecrivez nous :
Email :
lesamisdupatrimoine-62280@wanadoo.fr  

Venez nous voir au siège de l'association :
200, route de Saint-Orner à Saint-Martin-Boulogne, le lundi et le mardi de 9h à l2h et de l4h à l7h.

A bientôt.

Michelle Belval-Knobloch
Présidente de l'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 21:09

CONFÉRENCE donnée par

Monsieur Dominique GHESQUIÈRE :

 

« Constant et Ernest Coquelin. Deux comÉdiens du Français ou Boulogne-sur-scÈne »

 

Vendredi 13 novembre 2009

18 h 30

Salle Cassar – Entrée libre

Bibliothèque Municipale des Annonciades

 

La conférence fait écho à l’exposition présentée par les Archives et la Bibliothèque municipales du 24 octobre au 23 décembre (Archives municipales – Rue de Bertinghen – 62200 Boulogne-sur-Mer)

 

 

Bibliothèque Municipale des Annonciades

18 Place de la Résistance - 62200 Boulogne-sur-Mer

Renseignements : 03.21.87.73.21

bibliotheque@ville-boulogne-sur-mer.fr


Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 20:48

Organisée par l’AJP, sous l’œil aguerri de Daniel Tintillier, en collaboration avec la Bibliothèque Municipale, l’exposition revient sur deux siècles de journaux imprimés à Boulogne-sur-Mer.

 

Derrière la plume, des visages ; derrière le papier et les encres, les imprimeurs qui façonnaient ces pages… Elles rendent compte des évènements, petits et grands, de nos quartiers, de notre ville, de la région et du pays… Dans le cloître, un atelier de presse d’imprimerie à l’ancienne reconstitué offrira un décor idéal aux journaux anciens exposés…

 

Le vernissage sera précédé d’une conférence de Daniel Tintillier sur la Presse Boulonnaise.

 

 

Vernissage : Vendredi 06 novembre, 19 h 00, GALERIE DU CLOÎTRE

 

Conférence : Vendredi 06 novembre, 18 h 00, Salle CASSAR

 

Exposition visible du 07 au 28 novembre – du mardi au samedi –

de 9h à 12h et de 14h à 18h

Entrée libre

 

Bibliothèque Municipale des Annonciades

18 Place de la Résistance - 62200 Boulogne-sur-Mer

Renseignements : 03.21.87.73.21

bibliotheque@ville-boulogne-sur-mer.fr





Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 10:59

Mercredi 30 septembre, à 18h30, salle Germaine Dumortier, Isabelle Clauzel a animé, pour le compte des Amis du Patrimoine Saint-Martinois, une conférence sur le thème "Être malade au Moyen Age".


Isabelle Clauzel et Michelle Belval Knobloch, pendant son discours


Discours de Michelle Belval Knobloch :

" Bonsoir Mesdames, bonsoir Messieurs,
Nous avons la grande tristesse de vous annoncer le décès de Monsieur Claude Seillier, survenu le 27 septembre 2009 à Boulogne-sur-mer, dans sa 75e année. Monsieur Seillier était membre fondateur de notre association. Il était professeur d’histoire et de géographie, ancien conservateur du Musée de Boulogne-sur-mer, fondateur du Cercle archéologique de la côte d’Opale, ancien conservateur des Bâtiments de France, vice-président de la Commission départementale historique du Pas de Calais, chargé de missions au musée des antiquités nationales de Saint Germain en Laye, Chevalier des Arts et Lettres, Attaché au ministère des Affaires culturelles, médaillé de la Renaissance Française.
Nous souhaitons à Madame Seillier, ainsi qu’à ses enfants, ses petits enfants et ses proches beaucoup de courage et une fin d’année plus paisible. Notre association  doit beaucoup à Claude Seillier.  Nous vous proposons ce soir d’observer une minute de silence en sa mémoire.
Nous vous remercions.
Nous sommes heureux d’accueillir notre amie Isabelle Clauzel Delannoy, docteur en Histoire Médiévale, présidente du Cercle d’Etudes en Pays Boulonnais et membre de notre association.

Isabelle va nous conter  ce soir : «  être malade au Moyen Age ».

Merci de votre présence.

N’oubliez pas en fin de soirée notre verre de l’amitié.

Bonne soirée.

Madame Clauzel Delannoy nous vous laissons la parole.


Une partie de l'assistance


Etre malade au Moyen Age (résumé)

 

Le Moyen Age passe souvent pour une époque sale et brutale. Les documents prouvent pourtant qu’il s’est soucié de la qualité de vie : aération et propreté des maisons, hygiène du corps et du linge, équilibre alimentaire. Les maladies sont souvent attribuées à une mauvaise conduite. La médecine a peu progressé depuis l’Antiquité, elle se fonde sur l’analyse des humeurs (liquides sortant du corps). La physiologie est bien moins connue que l’anatomie. Le médecin est un penseur, pas un soigneur…. et souvent un charlatan, comme l’écrira Molière. Apothicaires, chirurgiens, infirmiers, aides-soignants et sages-femmes complètent alors le corps médical. Les traitements chirurgicaux et médicamenteux (plantes) sont efficaces à 40 % environ depuis l’Antiquité. Les hôpitaux accueillent les malades et les errants, les maladreries sont réservées aux affections contagieuses et mortelles telles la lèpre, encore présente à Boulogne au XVIe siècle, et la peste qui fait mourir le tiers de la population du royaume de France en 1348. Les mesures sanitaires feront lentement reculer ce fléau. Les populations se tournent vers les saints guérisseurs et les recettes « de bonne femme », et en dernier recours demandent à mourir fièrement. L’efficacité de la médecine de ce temps est difficile à mesurer, mais le soin apporté au patient est certainement comparable à celui d’aujourd’hui.

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 11:10

C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès de notre ami Claude Seillier, ce 27 septembre, dans sa 75e année. Claude Seillier était membre fondateur de l'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois.
Claude Seillier avait été également Professeur d'Histoire Géographie, Conservateur des Bâtiments de France, Conservateur du Musée de Boulogne-sur-Mer, vice président de la Commission départementale historique du Pas-de-Calais, chargé de mission au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain en Laye, chevalier des Arts et Lettres, Attaché au ministère des Affaires culturelles, Fondateur du Cercle Archéologique de la Côte d'Opale (CACO) et médaillé de la Renaissance française.

L'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois présente à son épouse et sa famille ses plus sincères condoléances.
Un dernier hommage sera rendu à Claude Seillier le vendredi 2 octobre à 9 heures, au salon funéraire des Pompes funèbres Sotty. Selon sa volonté, son corps sera incinéré et ses cendres reposeront au cimetière de l'est (rue de Dringhen), dans le caveau de famille. Nifleurs, ni plaques, ni objets, s'il vous plait. Vous pouvez les remplacer par un don au profit de la recherche contre la maladie de Parkinson.

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 11:07

Cette conférence débutera par un extrait du film "BITCHE, la citadelle assiégée"
Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 08:27

La Grande Guerre constitue un véritable traumatisme pour les familles des soldats. Aucune famille n’est épargnée. Parmi les atrocités de la Der des Der : l’absence des corps des êtres disparus. Comment l’entourage peut-il faire son deuil sans un lieu de recueillement ? Les municipalités décident de la construction de monument permettant ce recueillement. Toutes les communes de France érigent alors des monuments aux morts… Si ceux-ci font aujourd’hui partie du paysage de nos communes, ils entretiennent le souvenir de la guerre. Ils sont destinés à commémorer le souvenir de ceux qui sont tombés pour la Patrie. « Dans ces monuments dressés au centre de chaque village, les morts de la Grande Guerre entretiennent avec les survivants un dialogue permanent »[1].

            Saint-Martin-Boulogne a beaucoup souffert de la Grande Guerre. La commune a perdu 241 de ses enfants. Plus de deux cents hommes en pleine force de l’âge ne reviendront jamais du front. Mais les Saint-Martinois ne veulent pas oublier. Les familles expriment rapidement le désir de pouvoir honorer leurs disparus. (Les corps mettront parfois du temps avant d'être rapatriés et beaucoup seront à jamais inidentifiés).

            Le 6 octobre 1919, le conseil municipal sous la conduite de Charles Duhotoy[2] vote le rachat d’une parcelle de terrain, rue de Desvres afin d’agrandir le cimetière « pour répondre à la volonté des habitants de Saint-Martin d’inhumer leurs enfants morts pendant la guerre »[3]. Ce même jour est voté le projet en vue de l’érection d’un monument à la mémoire des enfants de Saint-Martin disparus. Il est décidé que la municipalité apporterait 3 000 francs et qu’une souscription serait lancée. En décembre 1919, les radicaux avec Léon Théry[4] arrivent à la tête de la commune et poursuivent ce projet avec la même volonté. Deux souscriptions sont organisées, le 10 décembre 1919 et le 6 mars 1920 (et une complémentaire le 4 avril). Le garde champêtre, M. Hurtrel, l’école communale des filles, la ligue des familles nombreuses réalisent également des quêtes. Des fêtes sont données à l’hôpital de Saint-Martin, à l’école, au Kursaal de Boulogne, au profit de la construction du monument ; d’autres sont réalisées par la jeunesse catholique. Au total, la municipalité dispose de 30 835 francs.

 

Le 11 mars 1920, le Conseil municipal adopte l’emplacement du futur monument[5]. Il sera situé à l’angle formé par les routes de Desvres et de Saint-Omer, adossé au cimetière. Dans un premier temps, Eugène Briez, conseiller municipal et concessionnaire d’une carrière de marbre à Marquise fait savoir qu’il accepte d’offrir gracieusement la pierre et le marbre nécessaires à la fabrication du monument[6]. Mais devant la qualité insuffisante dont il dispose, il ne peut tenir ses engagements. Il est alors fait appel à Emile Delacre, marbrier de Boulogne. Le 23 juin 1920, Edouard Richard, un autre conseiller municipal, présente un projet de monument à élever. Le conseil municipal lui adresse « toutes ses félicitations pour ses qualités artistiques »[7]. Il se voit charger de l’exécution du plan de construction de ce monument et des détails de l’aménagement du terrain où il sera élevé. Le choix de la sculpture s’oriente vers une statue  de bronze représentant un poilu victorieux tenant à la main gauche une palme et une couronne, oeuvre d’Eugène Benet. Celle-ci est confiée à la Société des Etablissements métallurgiques A. Durenne à Paris pour le prix de 5 000 francs.

Le 4 janvier 1921, le maire Léon Théry s’élève devant le conseil municipal contre les formalités à remplir et les difficultés qu’il rencontre face à l’administration préfectorale pour rendre hommage aux poilus de Saint-Martin morts pour la France[8]. Le 17 mars 1921, il donne sa démission en guise de protestation. (Toutefois cet épisode n’aura pas de conséquence, il restera en fonction).

L’inauguration du monument aux morts de Saint-Martin est fixée au 11 septembre 1921. M. Nerveux, propriétaire du château Belle-vue met son habitation à la disposition du conseil municipal pour recevoir les autorités. Un service solennel est célébré par le chanoine Delobel, le matin à la mémoire des enfants de Saint-Martin ; il est suivi de la bénédiction du monument. (Cérémonies auxquelles la municipalité assiste officiellement). L’après-midi, le monument est dévoilé, sous la présidence de M. Laban, Sous-Préfet. Il faut noter les présences de MM. Farjon, Sénateur, Abrami, Député, Canu, Conseiller général, Hafreingue, Conseiller d’Arrondissement. La population de Saint-Martin assiste en masse à cette cérémonie d’inauguration. Nulle famille n’a été épargnée par les horreurs de cette guerre. Chacune y a perdu un mari, un père, un frère, un fils,… La commune partage ce sentiment d’unanimité nationale qui parcourt le pays.

 

Depuis, chaque 11 novembre, les autorités, la municipalité, les associations d’anciens combattants, l’harmonie se font un devoir de célébrer l’armistice de la guerre 1914-1918 et d’honorer ceux qui sont tombés. Le monument devient un haut lieu du patriotisme et du civisme, mais aussi un point de repère dans le paysage communal.

Cette guerre se voulait être la « Der des Der ». Et pourtant la guerre, comme un vice inhérent à l’homme va poursuivre ses ravages. De 1939 à 1944, les Saint-Martinois vont à nouveau connaître les affres des combats et de la barbarie.

La seconde guerre mondiale va révéler qu’avec le développement des armements militaires, ce ne sont plus seulement les soldats qui vont verser leur sang au tribut de la guerre. Les civils, proies faciles, vont se compter par dizaines.

Ces victimes du Second conflit mondial sont honorées par la pose de deux plaques identiques au pied du monument. L’une rappelant le nom de ceux tombés aux champs d’honneur, l’autre, la longue liste des victimes civiles. Elles symbolisent l’indifférence qui frappa militaires et civils. Leur mémoire est célébrée chaque jour anniversaire de la libération de la commune, le 17 septembre et chaque 8 mai.

A nouveau le bilan en vie humaine est très long : 38 militaires et 80 civils. Victime de plus de 400 bombardements, la commune recevra une citation le 11 novembre 1948.

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le territoire de Saint-Martin-Boulogne n’a pas eu à connaître de nouveau combat. Mais la commune a encore perdu loin de chez elle plusieurs de ses fils lors des guerres d’indépendances d’Indochine et d’Afrique du Nord, et lors d’opérations de maintien de l’ordre au Tchad (le dernier Saint-Martinois Mort pour la France, G. Kuschnick est décédé à Djibouti dans le krach d’un avion militaire).

 

Voir le liste des enfants de Saint-Martin-Boulogne morts pour la France 



[1] Serge Becker, Jean-Jacques Bernstein, Victoire et frustrations (1914-1929), Points Seuil histoire n° H 112, 1990, p. 171.

[2] Charles Joseph Duhotoy (1840-1925), maire de 1904 à 1919.

[3] Registre des délibérations de Saint-Martin-Boulogne, séance du 6 octobre 1919.

[4] Léon Théry (1869-1928), maire de 1919 à 1928.

[5] Ibid., séance du 11 mars 1920.

[6] Ibid., séance du 27 mai 1920.

[7] Ibid., séance du 4 janvier 1921.

[8] [8] Ibid., séance du 4 janvier 1921.

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 08:57

Pour la 7e année consécutive, les Journées du Patrimoine ont eu lieu à Saint-Martin-Boulogne. C'est sous le soleil, que s'est déroulée la traditionnelle randonnée à travers les rues et chemins pour découvrir et redécouvrir la commune. La randonnée a réuni une cinquantaine de personnes dans une ambiance très décontractée.

Les randonneurs au départ au foyer du Mont-Lambert, devant l'ancienne école publique.

La petite troupe devant la façade du château de la Caucherie.

Petite pause bien méritée, après la montée de la côte de la Fontaine du Bourreau.

Sur le Chemin Vert...

Alain Oguer, Maire de la commune, en compagnie de M. et Mme de Rosny

Mme Françoise Rétaux pendant son discours.
Discours de Françoise Rétaux :

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les adjoints et conseillers municipaux,

Madame la présidente de l’association : « Les amis du Patrimoine Saint-Martinois »,

Mesdames et Messieurs, 

Je vous souhaite la bienvenue en cette chapelle du Mont Lambert qui nous accueille une nouvelle fois. Je remercie vivement Monsieur Bernard de Rosny qui nous accorde la possibilité d’y présenter l’exposition relative aux Journées du Patrimoine.

 

« Rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité au plus grand nombre »  et « assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel » c’est la mission première du ministère de la culture et communication telle qu’elle a été définie par André Malraux. 

C’est pour répondre à cette mission que la 26e édition des « Journées européennes du Patrimoine » est placée sous le thème « Un patrimoine accessible à tous » « On y va tous ».

 

Cette journée a débuté par une randonnée encadrée par le club de marche Léo Lagrange et commentée par Sébastien Chochois, membre de l’association et organisateur de cette manifestation. Cette balade nous a fait découvrir ou redécouvrir différents sites historiques de notre commune. 

Dans cette chapelle, l’exposition, riche en documents, est consacrée à la famille de Gabriel Abot de Bazinghen qui fut le premier maire de Saint Martin élu en1790.Elle est le travail  d’une passionnée de généalogie : Madame Michelle Belval, Présidente de l’Association « Les Amis du Patrimoine Saint-Martinois ».Je la félicite et je la remercie pour tout le temps consacré aux recherches et la disponibilité au service des Archives et Patrimoine.

 

De cette exposition relative à Gabriel Abot de Bazinghen, arrière petit neveu de Jacques Abot de Bazinghen et premier propriétaire de la Caucherie, nous pourrons visiter les jardins de ce château cet après midi. Je tiens à remercier Monsieur et Madame François de Rosny qui nous accueillent et nous ouvrent les portes de leur superbe propriété.
Je vous souhaite de profiter de cette journée ensoleillée et d’apprécier tous ces témoins de notre patrimoine.



Alain Oguer remercie les participants. M. Bernard de Rosny, président de la Lambertoise, d'avoir bien voulu ouvrir la chapelle du Mont-Lambert, M. et Mme de Rosny, propriétaire du château de la Caucherie, d'ouvrir leur jardin au public, Mme Michelle Belval Knobloch, présidente de l'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois, pour tout le travail pour réaliser l'exposition.

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article