Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Amis du Patrimoine Saint-Martinois
  • : Ce blog a pour but de mieux faire connaître les activités de l'association des Amis du Patrimoine Saint-Martinois. Il permet également de mieux connaître l'histoire de Saint-Martin-Boulogne
  • Contact

Recherche

Archives

7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 09:47

Les Amis du Patrimoine Saint-Martinois étaient à nouveau présents au Forum des associations de Saint-Martin-Boulogne.

 

Encore un grand merci aux bénévoles.

 

IMGP2213

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 11:04

 Sébastien Chochois devant une rangée de tombes du cimetière de Meerut.

Pendant la Grande Guerre, de nombreux soldats des empires coloniaux alliés sont montés au front. C'est le cas de ceux de l'armée indienne britannique, dont certains reposent dans un cimetière militaire discret à Saint-Martin-Boulogne.

Enserré aujourd'hui dans une zone pavillonnaire de Wicardenne, à Saint-Martin-Boulogne, le cimetière militaire de Meerut est une oasis de calme propice au recueillement. Comme tous les carrés de tombes gérés par le Commonwealth War Graves Commission, le cimetière est admirablement entretenu. Ce lieu témoigne d'un épisode méconnu de la Grande Guerre.

En octobre 1914, la division Meerut de l'armée indienne britannique est envoyée sur le front à Neuve-Chapelle. Mais les rigueurs climatiques ont raison de nombreux soldats. Un an plus tard, la division est transférée vers le Moyen-Orient. Entre-temps de nombreux soldats sont morts, souvent de maladie, dans l'hôpital militaire de Saint-Martin (Meerut Stationnary Hospital). On compte 279 tombes plus 32 noms sur le mémorial de ceux qui ont été incinérés selon le rite funéraire hindou. « Il y a aussi 26 tombes de travailleurs égyptiens décédés en 1917 », précise Sébastien Chochois, responsable du service Patrimoine de la ville de Saint-Martin-Boulogne. La commune dispose d'une série de photos où l'on peut voir les tentes de l'hôpital des Indiens. « Nous aimerions en trouver une de la visite du roi d'Angleterre au cimetière de Meerut en mai 1922. » Si la Ville de Saint-Martin n'entretient pas ce lieu, elle en gère cependant les accès. Pour éviter tout vandalisme, la lourde grille est fermée. Il faut demander la clef à la mairie. C'est ainsi que l'on sait que le cimetière de Meerut n'est visité qu'une à deux fois l'an. Sur le livre d'or, peu de témoignages de passage. On y trouve cependant la trace de la visite d'une famille indienne de l'Assam en 2005. À Saint-Martin-Boulogne, on n'oublie pas ces soldats sikhs, ces guerriers rajpoutes, ces gurkhas népalais, ces lanciers de l'armée des Indes et ces égyptiens tués lors d'une raid aérien en septembre 1917. Christian Baly, quand il est devenu maire l'an dernier, a fait rajouter le cimetière de Meerut sur le parcours des dépôts de gerbes et recueillements du 11 novembre.

 

Article de Frédéric Vaillant, LaVoix du Nord, 11 novembre 2010

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans Lieux-dits
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 16:03

Une délégation d’universitaires anglais et français se rendront, le vendredi 16 septembre 2011, vers de 17h30, au Meerut Military Cemetery de Saint-Martin-Boulogne.

Cette visite aura lieu dans le cadre d’un colloque universitaire « l’Inde des Anglais, l’Inde des Français » qui se tiendra au Centre Culturel de l’Entente Cordiale (Château d’Hardelot) les 15 et 16 septembre prochain. Elle clôturera le colloque à l’issue de la 2e journée.

Cette délégation sera présidée par le Professeur Ian Magedera, de l’Université de Liverpool, à l’occasion du vernissage de l’exposition dédiée au Prince Tata et sa famille à Hardelot, place de Bournonville.

 

Plus d'infos : http://www.fabula.org/actualites/l-inde-des-anglais-l-inde-des-francais-regards-croises_44052.php

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 11:55

Le thème retenu cette année pour les Journées du Patrimoine sera "les écoles de Saint-Martin-Boulogne de 1881 à nos jours".

 

Si vous possédez des documents, ils sont les bienvenus.

 

Journees Patrimoine 2011 Plus d'infos : http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 13:56

Fortunes de mer

Fortunes de mer (1)

Repost 0
Published by Sébastien Chochois - dans La vie de l'association
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 12:02

Voici les infos loisirs du Château-musée des mois de juillet aout

 

LES ENFANTS

« Vives les vacances au musée »

Pendant les vacances scolaires 2011, nous proposons aux enfants + de 8 ans  de participer à une activité sur deux jours autour des collections du Château-Musée  

 

Le 20 et 21/07, « Au défilé de l’Empereur », exposition réalisée en collaboration avec l’Association de la Grande Armée et l’Association 1804 

Enfants de + de 8 ans à 15h

 

Le 17 et 18/08  A la découverte des peuples d’Alaska

Enfants de – 8 ans les matins à 10 h 30        

Enfants de + de 8 ans les après- midis à 15 h

 

Sur Inscription au 03.21.10.02.22, 2 euros/participants

  

« LA VISITE DES CURIEUX »

Des visites commentées, associées parfois à des ateliers,  permettent au public de prendre plaisir à la découverte des œuvres du musée.

 

30 Juillet à 14h30. « Au défilé de l’Empereur » Exposition réalisée en collaboration avec l’Association de la Grande Armée et l’Association 1804

 

Durée : 50mn

Public: adultes : + de 12 ans

Sur Inscription au 03.21.10.02.22, 5 euros/participants (réservation possible jusqu’au vendredi 29/07 12h)

 

 

EXPOSITION TEMPORAIRE

 

« Au défilé de l’Empereur »

Répliques de costumes Napoléoniens

 

Commissariat : Anne Claire Laronde, conservatrice du Château Musée

En collaboration avec l’Association de la Grande Armée et l’Association 1804 ;

Du 15 juillet au 19 septembre 2011.

                             

Présentation d’une collection de costumes reconstituant des uniformes et habits de sacre du Premier Empire : Dans la salle Comtale, salle d’apparat médiévale du Château de Boulogne, sera présenté durant les deux mois d’été un ensemble de plusieurs dizaines de répliques de grande qualité. Cet ensemble provient de la collection que s’est constitué un amateur passionné de Napoléon qui s’attèle à faire travailler des artisans dans le respect des techniques d’époque. Permanence des Chasseurs de l’infanterie légère de Boulogne sur Mer et de la Douane impériale toutes les après-midis.

 

Visites commentées pour les adultes sur réservation, renseignements au 03.21.10.02.22

 

En souhaitant vous  accueillir prochainement,

 Cordialement

                Alexandra

 

Service des Publics

Chargée  groupes adultes

 

Château Musée

rue de Bernet

62200  BOULOGNE SUR MER

03 21 10 02 22

03 21 10 02 23 (fax)

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 11:58

Jeudi 16 juin, Le Cercle d'Etudes en Pays Boulonnais organise une journée d'études exceptionnelle, en lien avec la Commission française d'histoire militaire et le CRUSUDMA (histoire en Artois), qui a pour thème "Les otages à travers l'histoire".

Cette journée a lieu de 9 h à 18 h à l'hôtel-de-ville de Boulogne et se terminera par la visite commentée de l'Hôtel Desandrouin - Maison de la Recherche par M. Xavier Boniface, professeur à l'Université du Littoral.

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 15:46

Augustin Florent Alexandre Bouverne est né le 3 mai 1893 à Saint-Martin-Boulogne. Il est le fils d’Auguste Parfait Bouverne, cabaretier, né à Bainghen, vers 1860, décédé le 12 novembre 1913 à Saint-Martin-Boulogne, marié à Esther Marie Joséphine Quenehen, née le 26 mars 1857, à Villers-sur-Authie, dans la Somme, décédée le 16 mars 1937 à Villers sur Authie.

 

Augustin Bouverne, terrassier, célibataire, 1,57 mètre pour 61 kilos, cheveux châtains, yeux bleus, front bas et large, nez court et gros à la base, visage ovale, teint coloré. Il était domicilié à Ostrohove.

 

Matricule 1913/1618 au recrutement de Saint Omer, 12571 au corps, zouave de 1e classe à la 1e compagnie du 7e régiment de Zouaves, tué à l’ennemi sur la ligne de front à l’âge de 21 ans, Mort pour La France, à Ecurie Roclincourt dans le Pas-de-Calais.

 

Citation : "A trouvé la mort en entraînant hardiment son escouade à l’attaque d’une tranchée ennemie."



Voir : Les Enfants de Saint-Martin-Boulogne morts pour la France

 

 

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 17:14

Fils de Lucien Duteil, mécanicien, et Maria Caffier, Henri Duteil (né le 4 octobre 1922 à Outreau) est membre des Francs-Tireurs Partisans. Il est participe à des opérations de sabotage sur le port de Boulogne-sur-Mer, qui privent les occupants de dizaine de milliers de litres de carburants, n’hésitant pas à percer à plusieurs reprises une péniche chargée du précieux liquide. Il tente également d’incendier une vedette rapide. Avec son ami Albert Pruvost, il réalise des opérations de sabotage contre des lignes téléphoniques du secteur portuaire, qui entrave l’action de l’artillerie anti-aérienne allemande.

En mai 1942, son frère Raymond est arrêté, aussi Henri décide de mettre un terme à ses activités. Au cours du premier sabotage, qui se situe au début de l’année 1942, il a été sérieusement brûlé aux jambes. Après les investigations de la Gestapo et l’aide d’un traître, un travailleur de nationalité étrangère, le jeune Saint-Martinois, Henri Duteil, âgé de 20 ans, est arrêté en octobre 1942, à son domicile du 121 route de Saint-Omer. Il est dirigé sur la prison des Quatre Moulins. Le 6 octobre, il part en train. Le 26 décembre, il est jugé. Il est condamné deux fois à mort et une autre fois à 20 ans de travaux forcés. Sa mère ne sera autorisée à le voir qu’une seule fois à la prison de Loos, où se trouve également son frère Raymond.

Officiellement, il n’appartient à aucune organisation de résistance nationale, mais il fait partie d’un groupe qui s’est spontanément formé à l’appel des émissions de la France libre. Il est l’un des responsables de la Jeunesse ouvrière chrétienne du Boulonnais (JOC).

A 20 ans, il est fusillé par les Allemands, le 10 février 1943. Avant de mourir, il rédige pour sa mère une lettre particulièrement émouvante. Le 16 février, Mme Duteil est priée de passer à la sous-préfecture, où on lui annonce que le recours en grâce en faveur de son enfant a été accepté. Mais, les Allemands, qui en voulaient tant à ce jeune Français qui avait causé tant de dommages à leur armée, n’ont pas attendu la suite favorable de ce recours qu’ils redoutaient sans doute en raison de son jeune âge.

Ce sera plus tard que l’on retrouvera l’endroit où il est enterré. Sa trace sera retrouvée, grâce à la liste saisie dans la serviette du sunderführer Schmidt, par le lieutenant FFI Verkinder. Inhumé dans un premier temps au terrain d’aviation de Marquette, il est exhumé en novembre 1944, pour être réinhumé dans le cimetière de Saint-Martin-Boulogne, le 11 novembre 1945. Lors du retour du corps, Jeannil Dumortier prononce un discours, au nom de la délégation spéciale et du Comité de Libération de Saint-Martin, en présence du Major O’Hara, représentant les autorités alliées et la garde d’honneur des FFI. Il est déclaré mort pour la France, par le ministre des Anciens Combattants, le 19 mai 1949.

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 10:08

André Condette

André René Julien Condette naît le 24 avril 1925 à Boulogne-sur-Mer, au 5 de la rue des Ecoles. Il est le fils de René Joseph Emmanuel Condette, garde magasin à la Ville de Boulogne-sur-Mer  et de Zéla Elise Léonie Hazelard.

Après l’Ecole Normale d’Arras, il devient instituteur dans le Boulonnais. Il épouse à Outreau, le 28 décembre 1946, Renée Berthe Louise Docquois. Le couple s’installe rapidement à Saint-Martin-Boulogne.

André Condette s’investit alors dans la vie associative de la commune. Il deviendra un élément incontournable de la vie sportive saint-martinoise. En 1965, lorsqu’il entre au conseil municipal, il est secrétaire de la société de gymnastique, L’Eveil et, secrétaire général et animateur principal de l’Amicale Saint-Martinoise (ASM). Il devient la cheville ouvrière de la section Basket, qui apparaît alors comme l’une des meilleures sociétés sportives du Pas-de-Calais. A la fin des années 1970, il devient Président de l’Amicale Saint-Martinoise, succédant à Francis Delury. En avril 1977, Jeannil Dumortier le nomme 7e adjoint en charge du sport. En 1981, il devient Président de L’Eveil. Il n’aura de cesse de chercher la démocratisation de la pratique sportive. Au conseil municipal, il est le meilleur avocat des associations sportives. Celles-ci vont bénéficier de nouveaux équipements et de nombreux créneaux horaires. Il encourage les jeunes à la formation, afin de devenir encadrants.

André Condette sera secrétaire départemental UFOLEP (il sera décoré de la médaille d’argent de l’UFOLEP). Il sera membre du Comité régional Flandres Artois. Il recevra la médaille d’honneur de la jeunesse et des sports.

Après la démission du Parti socialiste de Jeannil Dumortier et d’une partie du conseil municipal, il reste fidèle au PS. En 1983, il est alors candidat sur la liste conduite par Alain Oguer. En 1983, il devient 3e adjoint et en mars 1989, 2e adjoint, en charge des sports, puis de l'Aide sociale. Il quitte le conseil municipal en 2001. S’intéressant toujours à la vie de la cité, il prenait toujours plaisir à discuter, au pas de sa porte, près de la mairie, avec ses anciens élèves, des membres de l’ASM, des agents de la ville…

André Condette aura enseigné, une grande partie de sa carrière à l’école de garçons du centre (Ecole Jules Ferry). Il était Chevalier des Palmes académiques.

Il meurt le 2 juin 2011, à l’âge de 86 ans, à Saint-Martin-Boulogne.

 

La cérémonie religieuse sera célébrée le lundi 6 juin 2011, à 15 heures, en l'église de Saint-Martin-Boulogne, sa paroisse, suivie de l'inhumation au cimetière dudit lieu, dans le caveau de famille. Réunion à la porte de l'église à 14h45.

 

Repost 0
Published by Sébastien Chochois
commenter cet article